Pourquoi s’intéresser à son cycle ? le regard du shiatsu

kundalini-sacred-tattoo-design

Les déséquilibres du cycle : pourquoi s’y intéresser ?

Dans la pensée de la médecine traditionnelle orientale, dont fait partie le shiatsu, plusieurs types de conditions internes (c’est-à-dire des déséquilibres de certaines fonctions ou organes) peuvent avoir une influence directe sur l’utérus et sur les menstruations.

En effet, la femme est grandement influencée par la condition de son sang alors que l’homme l’est par son Ki, ou énergie vitale, selon la clé de lecture orientale qui voit tout selon le couple Ki/Sang. Pensons que nous perdons notre sang chaque mois de notre adolescence jusqu’à la cinquantaine… Comment cela pourrait ne pas avoir d’influence et de lien avec le reste de notre santé physique et mentale ? Bien souvent, dans le monde moderne, les femmes ne s’intéressent pas à leur cycle, comme je l’ai précédemment écrit dans un autre article, et y voient inconvénient dont on se réjouit de voir la fin ou que l’on cherche à tout prix à supprimer par divers moyens à notre disposition.

La prise de pilule est généralisée, maintenant souvent même dès les premières règles et avant même d’avoir une vie sexuelle active ; ce afin de supprimer les douleurs, les règles trop abondantes, ou bien l’acné. Pourtant on sait à présent que la prise d’hormones sur une très longue période contient des risques. Mais cette partie de l’histoire fera l’objet d’un autre article, car il y a beaucoup à dire à ce sujet.

Lors d’un traitement de shiatsu, parmi les questions générales sur votre santé, un praticien de shiatsu vous questionnera donc sur la manière dont se déroulent vos cycles, ou si vous êtes ménopausée ou post-ménopausée, sur vos éventuels symptômes.

Qu’est-ce qui est vu comme un déséquilibre/ un symptôme à traiter selon ce mode de pensée?

Vous pouvez commencer par observer par vous-même plusieurs aspects :

  • la fréquence des cycles : un cycle trop court est une avance de plus de 7 jours sur un cycle normal de 28 jours. Un cycle trop long est de +7 jours après la date normale.
  • La durée des cycles : une durée équilibrée est en moyenne de 4 ou 5 jours. Un cycle trop court serait de 3 voire 2 jours, ou trop long de 6 jours et plus.
  • La régularité des cycles : est-ce que cela change chaque mois ? Par exemple une fois en retard, une fois en avance et ainsi de suite.
  • La quantité de sang : y a-t-il des hémorragies, ou au contraire très peu de sang ou une absence de règles pendant 3 mois et plus? Y a-t-il des hémorragies au début puis de faible pertes pendant plusieurs jours et qui traînent en longueur ? ou encore des pertes de sang en dehors du cycle (quelques jours avant, puis plus rien ; ou à l’ovulation). Si vous portez un stérilet en cuivre, avez-vous des hémorragies et des cycles très longs (6 ou 7 jours) ?
  • La qualité du sang : est-il aqueux ou au contraire visqueux, collant ? Ou comporte-t-il des caillots, des masses?
  • La couleur du sang : est-il d’un rouge vif, foncé, même noir, ou alors très pâle ?
  • Les douleurs : à quels moments apparaissent-elles et quand est le pic ? Avant (syndrome pré-menstruel, accompagné d’irritabilité, hypersensibilité, distension de la poitrine), pendant ou après ? Avez-vous des spasmes ? Y a-t-il irradiation vers le dos, les jambes ? On peut encore affiner la réflexion : comment qualifieriez-vous la douleur: sourde, lancinante, vive, et quelle est son intensité ?
  • Y a-t-il d’autres symptômes associés tels que : troubles digestifs (diarrhée, constipation), ballonnements, maux de tête, grande fatigue ou fatigue chronique, prise de poids, état dépressif, gonflements ou oedèmes, froid ou chaleur, transpiration?

Tout ceci peut vous aider à comprendre ce qui est à considérer comme un état de déséquilibre selon la médecine orientale et vous inciter à vous faire traiter. J’ai pu remarquer que la plupart des femmes n’ont pas conscience de cet aspect de leur santé, car ceci est peu connu dans notre culture, et c’est pour cette raison que je vous ai invitées à vous questionner sur cela. Le traitement en shiatsu, ou encore en acupuncture, pourra – dans la plupart des cas et après quelques séances – nettement améliorer la plupart des symptômes. Cependant cela n’exclut nullement un suivi chez un gynécologue et est d’ailleurs recommandé.

Dans un prochain article, je vous expliquerai ce que vous pouvez déjà faire par vous-même pour soulager certains symptômes.