Shiatsu

_U2A7955

« Le shiatsu est semblable à l’affection maternelle, la pression des mains fait jaillir la vie » (dicton japonais)

Définition

“Shi” signifie doigt et “atsu” pression. Le shiatsu est une thérapie énergétique par le toucher, une méthode simple et naturelle qui consiste à appliquer des pressions sur tout le corps afin de le défatiguer. Ces pressions ou appuis des pouces, mains, ou même coudes et genoux, combinés avec des mobilisations douces des articulations, stimulent le Ki (force vitale) et l’amènent à circuler plus harmonieusement.

Le shiatsu est né au Japon au début du XXe siècle. Ses principes fondamentaux proviennent de la tradition de l’énergétique orientale avec une actualisation permanente en fonction des développements de la science et des thérapeutiques occidentales. Il a son origine dans le Dôin-Angyô, qui, ayant succédé au Téaté (traitement par toucher de la main) a été la première des formes de traitement dans la médecine chinoise.

Au Japon le shiatsu est aussi un art populaire qui se pratique en famille et entre amis, non seulement pour se détendre, mais aussi pour développer notre compréhension de nous-mêmes et celle des autres.

Cette thérapie par le toucher met l’accent sur l’écoute (la qualité de l’écoute du praticien mais aussi savoir écouter par le toucher les messages envoyés par le corps ou l’esprit du patient) et sur la compréhension de ce qu’est la vie elle-même (permettant de mieux comprendre sa vie à travers le toucher).

Les origines

shiatsuLa médecine traditionnelle orientale ne sépare pas corps et esprit mais conçoit la personne dans sa globalité. Elle joint à cela la maxime populaire chinoise ’soigner ce qui n’est pas encore malade’. Ainsi on ne guérit pas mais on cherche plutôt à soutenir la capacité naturelle d’auto-régulation et d’auto-guérison du corps.
La notion de soutien est essentielle, aussi bien dans le toucher que dans l’approche globale du patient. Selon la tradition orientale, la maladie n’est pas séparée de la vie, elle en est une expression, l’expression d’un déséquilibre de la circulation du Ki.

Le shiatsu aide à unifier le corps et l’esprit et nous permet de « ré-habiter » ou réinvestir notre corps ou des parties de notre corps dont nous étions coupés. Il apporte une détente et une sensation de fluidité à tous les niveaux (physique, psychique, émotionnel) et est particulièrement efficace pour des affections chroniques.

Le shiatsu des méridiens

Le Iokaï shiatsu est un art qui se distingue d’une simple technique manuelle par le fait qu’il engage la globalité psychique-physique (esprit-corps) du praticien (shiatsushi) et du receveur (jusha).

Contrairement à la digitopressure, simple » dérivé manuel » de l’acupuncture, le shiatsu des méridiens est une discipline à part entière, qui correspond à l’action spécifique du toucher (pressions et mobilisations) sur les méridiens. L’approche manuelle permet en effet d’agir simultanément sur le réseau énergétique subtil et sur la structure corporelle, selon le très ancien principe du « do in an kyo », c’est-à-dire la mobilisation des articulations, des muscles et des tendons dans le but « d’ouvrir » les passages, de libérer la circulation du Ki.

En lien direct avec la tradition orientale l’Ecole Iokaï Europe a été établie par Kazunori Sasaki sensei, d’abord en France et en Hollande en 1981, et plus tard dans d’autres pays européens.Ses origines proviennent directement de l’enseignement de Shizuto Masunaga, fondateur de lOKAI SHIATSU au Japon, dont Sasaki sensei a été le disciple et le premier assistant pendant de nombreuses années.

Selon Kazunori Sasaki Sensei, « les méridiens ne sont pas uniquement des lignes matérielles. Ils sont la source vivante de l’énergie corporelle et mentale, le réseau d’animation à travers tout le corps, liant l’interne à l’externe. C’est à travers eux que patients et praticiens peuvent comprendre plus intimement leur vie ». L’esprit de la tradition orientale est un élément essentiel de la formation de thérapeute shiatsu au sein de cette Ecole et influence l’approche du traitement et du patient.