Do-In des musiciens

imagesBA6SR33ZJ’anime des cours et séminaires pour musiciens professionnels. Ces cours sont destinés aux Hautes écoles de musique, aux professeurs de musique, aux orchestres ou musiciens particuliers.

Exemples de contenu du cours: do-In, exercices et étirements et apprentissage de l’auto-traitement; exercices à deux; repérer les tensions et blocages en soi et chez un partenaire; travail sur la respiration, le mouvement et développement de la conscience du Hara; comment unifier corps et esprit, introduction à la méditation. 

 

Le Do-In,  à partir duquel s’est développé le shiatsu et consistant en la base de sa pratique, a beaucoup à apporter aux musiciens, et tout particulièrement à ceux en cours de formation. En effet à cet âge et à ce stade de leur carrière, les habitudes corporelles et mentales sont encore en train d’évoluer d’une part, et d’autre part les tensions et possibles pathologies dues à une pratique instrumentale intense et résultant d’un important stress (concours, auditions,…) demandent une attention accrue aux besoins du corps et du psychisme du musicien.

C’est là que cette méthode d’entretien de sa propre santé a une place particulière, permettant de faire des liens jusque-là peu explorés entre divers aspects de la pratique instrumentale professionnelle. Alliant le travail sur le corps à celui sur l’esprit au travers d’une dimension énergétique souvent méconnue, de manière concrète et empirique, des résultats peuvent rapidement voir le jour. Citons un exemple rencontré fréquemment : quels liens entre des problèmes de concentration, des troubles de l’anxiété, une mauvaise digestion et des douleurs et fortes tensions dans le haut du corps accompagnés de problèmes de posture? Le shiatsu offre un regard global qui permet au musicien de relier l’ensemble de ses symptômes afin d’en percevoir la cohérence, par le biais de l’apprentissage d’exercices correctifs.

C’est par l’exercice du DO-IN, enseigné sous forme de cours hebdomadaires, en séminaire, ou en stage intensif et résidentiel, que les élèves appréhendent le mouvement du KI ou « énergie vitale » (Chi en chinois) en eux-mêmes. Le DO IN comprend des techniques respiratoires apaisantes pour l’esprit et utilise des mouvements corporels comme les étirements, la percussion, la pression ou la friction.

Il est important de préciser que le travail se fait d’abord sans l’instrument, car l’objectif est d’harmoniser et d’écouter littéralement le corps, qui est notre premier instrument. Le travail avec l’instrument à proprement parler vient dans un deuxième temps. Les élèves peuvent découvrir le corps comme un espace de résonance, avec sa propre vibration. En y libérant de l’espace (par l’écoute de soi, par un relâchement des tensions), cela se répercutera dans la musicalité et la « couleur du son ». En effet, on pense toujours à accorder son instrument, mais quand prête-t-on de l’attention à accorder son corps ?

Un élément central à ce travail est enfin de développer la conscience du Hara (centre vital et énergétique) par le biais de techniques de respiration et par la méditation. Le musicien apprend à « trouver le sol », lui apportant une plus grande stabilité du corps, mais aussi des émotions et du psychisme. Cela libère de l’espace pour le jeu, pour l’inspiration et l’expression.